Fraissinet
Collège
Marseille
 

Cendrillon ou la jeune fille qui devient princesse

mardi 27 avril 2010

 






Il était une fois une île paradisiaque et merveilleuse. Les oiseaux étaient multicolores et les forêts de palmiers nombreuses. Partout, des fleurs aux odeurs exquises fleurissaient. On pouvait apercevoir, entre les palmiers, le château qui appartenait à une riche famille princière. Autour du château, de jolies maisons formaient une petite ville. Dans une de ces maisons vivait la famille de Cendrillon.

 

Cendrillon, une belle jeune fille, vivait heureuse avec ses parents. Mais un jour, sa mère eut une grave maladie. Avant de mourir, elle appela sa fille et lui dit :

« Tu sais que je t’aime fort. Tu pourras toujours faire appel à moi si tu as des soucis ».

Ce furent ses dernières paroles. Quelques temps après la disparition de sa mère, le père de Cendrillon se remaria. Clothilde, sa nouvelle femme, avait une fille appelée Léa qui avait l’âge de Cendrillon. Léa était jalouse de Cendrillon car celle-ci était toujours très belle, très serviable et elle était aussi très habile de ses mains. Elle savait coudre des robes, se créer des bijoux. Elle était aussi très gentille et tout le monde aimait être en sa compagnie. Sa belle-mère Clothilde et sa fille Léa étaient toujours à la recherche de mauvaises blagues pour embêter Cendrillon qui était donc le souffre-douleur de la famille. Elle servait de bonne à tout faire et les deux méchantes femmes abusaient de sa gentillesse.

 

Au début du printemps, le roi fit annoncer dans toute l’île le bal organisé en l’honneur de l’anniversaire de son fils. Toutes les jeunes filles étaient invitées à se rendre à la fête. Léa et Cendrillon se réjouirent de cette future soirée. Mais Clothilde annonça à Cendrillon qu’il n’était pas question qu’elle aille au bal. Seule Léa aurait l’autorisation de participer à la soirée. Clothilde fit coudre une magnifique robe pour sa fille. Elle lui acheta aussi de beaux bijoux.

« Je serait la plus belle du bal » se dit Léa.

Pour s’assurer que Cendrillon n’irait pas à la fête, Clothilde lui cacha ses habits.

« Tu ne pensais tout de même pas que tu allais m’accompagner ? » lui lança Léa.

A ces mots, Cendrillon se réfugia dans sa chambre et se mit à pleurer. Elle prit sa poupée préférée dans ses bras et lui expliqua son chagrin. Cendrillon vit alors apparaître sa mère, qui lui dit :

« Ma fille, ne pleure pas. J’ai entendu ton chagrin et je vais t’aider. Regarde ce drap qui est sur ton lit, je vais le transformer en un joli tissu. Comme ça tu pourras te coudre une robe et aller au bal ».

D’un coup de baguette magique, la mère transforma le vieux drap blanc en un tissu rouge éblouissant couvert de broderie. Cendrillon fit une belle longue robe et des gants assortis. Pour terminer sa tenue, elle mit des fleurs dans ses longs cheveux blonds et une goutte de parfum. Enfin prête, elle allait se mettre en route vers le château quand sa mère lui fit une dernière recommandation :

« Pars avant minuit du bal, sinon ta robe redeviendra un vieux drap ».

 

Cendrillon se mit en route. Arrivée à la porte du château, elle était impatiente d’entrer. Pour parvenir à la salle principale où se déroulait le bal, il lui fallut longer un grand couloir où se trouvaient de magnifiques lustres en cristal et d’anciens portraits de la famille princière. Dans la salle du bal, un orchestre de cinquante musiciens jouait des valses. Cendrillon fut aussitôt entraînée sur la piste par un beau cavalier. Son chevalier servant était le prince lui-même. Il fut ébloui par cette belle jeune fille et s’occupa d’elle pendant toute la soirée. Les autres invitées se sentirent oubliées. Les heures passèrent comme un rêve pour Cendrillon. Mais minuit sonna à la belle horloge du château. Cendrillon se dépêcha de quitter la salle du bal, et dans sa course perdit un gant. Le prince essayant de la rattraper, ramassa le bout de tissu rouge. Pendant ce temps, Cendrillon lui échappa. Il se fit la promesse de retrouver sa belle cavalière.

Le lendemain matin, Clothilde et Léa racontèrent leur soirée à Cendrillon.

« Hier soir le bal était magnifique mais il y avait une belle jeunes fille habillée de rouge. Le prince a dansé toute la soirée avec elle. J’aurais bien aimé être à sa place. »dit Léa déçue.

Sa mère la rassura en lui disant qu’elle aurait sûrement une autre occasion de briller à un prochain bal.

 

De son côté, le prince cherchait désespérément à retrouver l’inconnue en rouge. Il fit le tour de l’île pour faire essayer le gant aux jeunes filles. Mais le roi dit à son fils :

« Ce n’est pas la peine de continuer à chercher. La belle inconnue que tu cherches est peut-être déjà partie de l’île ».

Le prince continua tout de même ses recherche. Un jour, tôt le matin, il arriva chez Cendrillon. Léa voulut essayer le gant à tout prix. Mais celui-ci était bien trop petit pour sa grosse main. Cendrillon l’essaya à son tour et le prince reconnut alors sa cavalière d’un soir.

Il emporta Cendrillon sur son beau cheval blanc et le mois d’après ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

 

Camille 6e2

 

 
Collège Fraissinet – 6 allée Fraissinet - 13005 Marseille – Responsable de publication : Mr. Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : mercredi 23 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille